Tag Archives: Si St

Le skateboard qui va révolutionner le golf

La machine ressemble furieusement à un «skate» avec son «grip tape» et ses extrémités relevées. Thomas Delley

31.03.2014

Le surf électrique, inventé par des Américains, débarque sur les gazons. Il procure des sensations de glisse proches du snowboard, selon ses promoteurs.

Selon ses inventeurs américains, cet engin va révolutionner la pratique du golf. Le «golfboard», puisque c’est son nom, est un surf électrique à quatre roues motrices qui permet de se déplacer sur l’herbe avec des sensations de glisse proches de celles du snowboard ou du skate. C’est en tout cas ce que promet le dépliant.

«La Liberté» s’est courageusement proposée pour tester ce surf des champs sur le parcours du golf de Payerne. Le directeur du club, Stéphane Rapin, a tout simplement craqué pour ce golfboard, découvert en 2013 sur le site internet Kickstarter, un site de «crowdfunding» (projets au financement participatif). Au dernier salon du golf PGA Show, à Orlando en Floride, l’invention a même remporté le prix de la meilleure innovation.

«L’objectif du golfboard est d’augmenter le plaisir entre les coups du golf», résume le directeur, qui teste depuis quelque temps deux prototypes et qui a d’ores et déjà commandé pour le mois de mai une vingtaine d’exemplaires à 4500francs l’unité, soit deux fois moins cher qu’une voiturette de golf classique. Ale voir slalomer sur leterrain de golf, Stéphane Rapin adéjà tout d’un expert… A mon tour!

Premier contact: la machine ressemble furieusement à un skate, avec son «grip tape» et ses extrémités relevées. Mais elle a également des airs de surf à roulettes avec son mètre quarante de long. Pour l’actionner, rien de plus simple. Il suffit d’utiliser une télécommande en forme de pistolet. On appuie sur la gâchette pour avancer et deux vitesses sont disponibles. On peut aussi aller en marche arrière grâce à un bouton «switch». Pour un ancien adepte du skate, pas de problème: on se sent comme à la maison… Le golfboard est même étonnamment stable.

«Même si ça aide, il n’y a pas forcément besoin de savoir faire du snowboard ou du surf pour maîtriser le golfboard. Une quinzaine de minutes de formation suffisent pour apprendre les bases», assure Stéphane Rapin. Le châssis de la bête, monté sur des amortisseurs, encaisse à merveille les aspérités du terrain. Les quatre roues motrices font le reste du boulot: même sur l’herbe humide du matin, jamais le golfboard ne patine.

Les premières minutes sont tout de même prudentes. On apprivoise. Mais les automatismes viennent très rapidement et on active la deuxième vitesse. Les sensations de glisse sont bien là. Pour tourner, il suffit de se pencher, les genoux fléchis. Les deux puissants moteurs électriques permettent même de grimper des talus improbables. Impressionnant! On délaisse même vite le golfboard muni d’un manche pour lui préférer la version extrême, sans rien du tout. «Venez derrière le pigeonnier, il y a une belle descente», lance le directeur du golf de Payerne. Défi relevé! Même s’il y a peu de chance que les golfeurs n’aient à dévaler des terrains aussi pentus, le golfboard peut le faire. Frisson garanti. Côté freinage, il suffit de lâcher la gâchette et l’engin s’arrête tout seul sur une distance de quelques mètres. En cas de problème ou de perte d’équilibre, hop, on saute et nous voilà sur la terre ferme.

C’est bien joli de se prendre pour le Steve Caballero des greens, mais le golf dans tout ça, qu’a-t-il à gagner de ce golfboard? Si Stéphane Rapin a craqué pour l’engin, c’est qu’il permet un gain de temps énorme: «On peut faire un parcours de 18 trous en 1h45 au lieu de 3h30 ou 4h.» Un temps réduit qui ouvre de nouvelles possibilités aux golfeurs comme celle de faire un parcours complet le matin avant d’aller travailler ou le soir en rentrant. «Avant, il fallait compter une demi-journée.»

L’autre avantage du golfboard est qu’avec ses quatre roues motrices et son poids de 35 kilos (environ 145 kilos avec le golfeur et son équipement), il limite le compactage du gazon par rapport aux voiturettes (près de 550 kilos). «En Suisse, sur certains golfs de montagne, la voiturette est indispensable… Avec le golfboard, on réduit drastiquement le compactage du sol, qui étouffe les racines du gazon et qui pose de gros problèmes d’entretien. Le golfboard, c’est quatre fois moins d’impact», argumente le directeur, qui est également le distributeur européen du golfboard. Grâce à cette invention, les professionnels de ce sport comptent bien également séduire une nouvelle clientèle. Une clientèle jeune. Aujourd’hui, seuls 5% des golfeurs ont moins de 30 ans. Avec ses chouettes sensations de glisse, le golfboard pourrait bien dépoussiérer l’image de ce sport. I

Article source: http://www.laliberte.ch/news/regions/le-skateboard-qui-va-revolutionner-le-golf-182626